Portraits de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas. - EXPOSITION.

Du 19 mai au 2 juin 2020 - Musée. Institut du monde arabe.

  • KOCHI, Livre, 2005, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2005. Livre en feuilles, 38 x 28 cm. Poème de Claude Aveline manuscrit en français et en japonais par l’artiste, illustré de gouaches originales. Donation Claude & France Lemand. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Manabu Kochi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Kaminer, Livre, 1996, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 1996. Livre peint et poème de Claude Aveline manuscrit par l'artiste, 40 x 30 cm. Collection privée. Donation Claude & France Lemand. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Saul Kaminer. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Choukini, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas 2

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas 2, 2013. Bronze original, 20 x 9,5 x 9 cm. Signé et numéroté. Edition de 8 + 4 EA. © Chaouki Choukini. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Segui, Sculpture, Angelito.

    Angelito, 2011. Sculpture originale en acier corten, 60 x 47 x 10 cm. Signée et numérotée. Edition de 4. Donation Claude & France Lemand. Musée de l'Institut du monde arabe, Paris. © Antonio Seguí. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • VELICKOVIC, Corbeau.

    Corbeau, 2013. Technique mixte sur carton, 32,2 x 29 cm. Donation Claude & France Lemand. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Vladimir Velickovic. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Murua, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2005. Livre-Oiseau, entièrement peint par l'artiste. Fermé, 66 x 46 x 2 cm. Ouvert, 120 x 100 x 46 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • MAARI, Livre 1 + Livre 2. Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Livre 1. Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2004. Livre d’artiste, poème manuscrit en arabe. Couverture et 22 pages peintes, 34 x 27 cm. dans une boîte peinte qui s’ouvre en triptyque, 30 x 40 x 5 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Boutros Al-Maari et Succession Claude Aveline. Livre 2. Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2004. Livre d’artiste, poème manuscrit en français. Couverture et 28 pages peintes, 22,5 x 17 cm. dans une boîte peinte, 26 x 19 x 4,5 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Boutros Al-Maari et Succession Claude Aveline.

  • AZZAWI, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2004. Acrylique sur papier marouflé sur toile, 75 x 57 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Claude MOLLARD, La chouette verdissante.

    La chouette verdissante, 2020. Photographie originale, imprimée, signée et numérotée par l’artiste, 48 x 33 cm. Edition de 7 + 2 EA. Don de l’artiste. Fonds Claude & France Lemand-IMA 2020. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Claude Mollard. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Daniel KNODERER, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas 7.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 1993. Reliure originale sur un exemplaire du livre de Claude Aveline - Ossip Zadkine, Genève, 1964. Plats recouverts de cuir et de papier incrustés de métal, surmontés de pièces de plastique, 41 x 31 x 4 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Daniel Knoderer et Succession Claude Aveline.

  • Tony SOULIE, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 1996. Livre unique. Poème manuscrit en français et en italien. Quatre feuilles peintes en triptyques, 29,5 x 90 cm chacune, dans une mallette peinte, 32,5 x 32,5 x 3 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Tony Soulié et Succession Claude Aveline.

  • Abderrahmane Ould MOHAND, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 1996. Page d'un livre unique en feuilles, sous couverture illustrée, entièrement manuscrit et peint, 38 x 28 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Abderrahmane Ould Mohand et Succession Claude Aveline.

  • Franck CHARLET, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. L'un des 18 dessins au feutre noir sur papier, 40 x 30 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

  • Nicolas D’OLCE, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 1996. Poème manuscrit en basque et en fançais, dans un livre entièrement peint par l’artiste. Couverture et 20 pages, 52 x 35 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Nicolas d’Olce et Succession Claude Aveline.

  • Eduardo Zamora, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 1996. Livre unique en feuilles, 16 pages entièrement peintes, composées en double page, intégrant le poème manuscrit en français, 38 x 28 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Eduardo Zamora et Succession Claude Aveline.

  • Hussein TAÏ, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2013. Valise-livre unique, avec des traces du poème manuscrit en Français et en Anglais. Rouleau peint, 175 x 60 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Hussein Taï et Succession Claude Aveline.

  • SOPHIDO, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 1996. Livre unique. Poème imprimé en français, accompagné de 14 lavis originaux, sous couverture illustrée d’un relief peint, 27 x 21 cm. Dans un coffret. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Sophido et Succession Claude Aveline.

  • SADKO, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 1996. Livre unique en feuilles, 24 pages sous couverture illustrée, poème manuscrit et dessins originaux, 33 x 25 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Sadko et Succession Claude Aveline.

  • Ossip ZADKINE, Portraits de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas & Autres poèmes, 1964. Poèmes de Claude Aveline, accompagnés de 18 lithographies d’Ossip Zadkine. Livre en feuilles, sous couverture et étui, 33 x 25 cm. Imprimés à Paris et publiés à Genève, les 195 exemplaires sont numérotés et signés par l’auteur et l’artiste. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Succession Ossip Zadkine et Succession Claude Aveline.

  • BENANTEUR, Livre, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas. Matrice 1.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existent-Pas, 1996. Une des 18 matrices d’empreintes originales ornant un livre d’artiste, 39 x 17 cm. Collection Claude et France Lemand. © Succession Abdallah Benanteur et Succession Claude Aveline.

PORTRAITS DE L’OISEAU-QUI-N’EXISTE-PAS.
Peintures, dessins, sculptures, livres d’artiste, reliures, estampes et photographies,
Sur un poème de Claude Aveline.
___

Invitation à la créativité !.
Les visiteurs sont invités à la découverte, à la réflexion, à la jouissance et à laisser libre cours à leur propre créativité, pour continuer la saga lancée en 1950 par Claude Aveline.
___

Claude Aveline, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas. Paris, 1950.

Voici le portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.
Ce n’est pas sa faute si le Bon Dieu qui a tout fait a oublié de le faire.
Il ressemble à beaucoup d’oiseaux, parce que les bêtes qui n’existent pas ressemblent à celles qui existent.
Mais celles qui n’existent pas n’ont pas de nom.
Et voilà pourquoi cet oiseau s’appelle l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.
Et pourquoi il est si triste.
Il dort peut-être, ou il attend qu’on lui permette d’exister.
Il voudrait savoir s’il peut ouvrir le bec, s’il a des ailes, s’il est capable de plonger dans l’eau sans perdre ses couleurs, comme un vrai oiseau.
Il voudrait s’entendre chanter.
Il voudrait avoir peur de mourir un jour.
Il voudrait faire des petits oiseaux très laids, très vivants.
Le rêve d’un oiseau-qui-n’existe-pas, c’est de ne plus être un rêve.
Personne n’est jamais content.
Et comment voulez-vous que le monde puisse aller bien dans ces conditions ?
___

20 Artistes de la Donation Claude et France Lemand :

- Dia Al-Azzawi,
- Abdallah Benanteur,
- Franck Charlet,
- Chaouki Choukini,
- Saul Kaminer,
- Daniel Knoderer,
- Manabu Kochi,
- Boutros Al-Maari,
- Mario Murua,
- Abderrahmane Ould Mohand,
- Claude Mollard,
- Nicolas d’Olce,
- Sadko,
- Antonio Segui,
- Sophido,
- Tony Soulié,
- Hussein Taï,
- Vladimir Velickovic,
- Ossip Zadkine,
- Eduardo Zamora.
___

Mille et un Portraits pour un Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.
Entretien.
Claude Lemand et Tom Laurent.

Tom Laurent : Le Musée de l’Institut du monde arabe montre une partie de la collection que vous avez entreprise avec votre femme, France Lemand, autour du poème Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas de Claude Aveline, et qui fait partie de votre récente Donation. Pouvez-vous revenir sur la genèse de cet écrit et sur la figure de Claude Aveline ?

Claude Lemand : Tout commence en 1950 sur une feuille 32 x 25 cm. Claude Aveline (Paris, 1901-1992) dessine un oiseau et compose un poème. De 1956 à 1982, il fréquente les artistes et les galeries et réussit à constituer deux collections d’œuvres sur papier de 194 artistes (Atlan, Bissière, César, Debré, Foujita, Hajdu, Masson, Music, Severini, Tamayo, Zadkine, …), qu’il donne au Musée National d’Art Moderne, dirigé depuis 1945 par Jean Cassou, son ami d’enfance et son compagnon de résistance : 108 œuvres en 1963, exposées en 1978 au Centre Pompidou, et 86 œuvres en 1982, soit deux ensembles de dessins que Claude Aveline appellera « volières ».

Tom Laurent : Vous avez été prescripteur d’un certain nombre de créations plastiques en relation directe avec ce poème. Que représente le Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas pour vous ?

Claude Lemand : Claude Aveline était un conteur merveilleux. Il adorait parler en public, lire ses textes à ses proches, à la radio ou devant un vaste auditoire. Il avait dit lui-même que la rédaction de ce poème lui avait pris à peine un quart d’heure, qu’il semblait couler de source, dans un style clair et simple, léger et pétillant, dans l’esprit et le style de ses Histoires d’Animaux.

Ecrit en 1950, ce Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas est marqué par son époque, les années d’occupation, de résistance et d’extermination : des millions d’oiseaux se sont envolés à Auschwitz et dans les camps de la mort. Cette pensée hante l’esprit de l’écrivain, dans sa vie et dans ses nombreux écrits de l’après-guerre. Elle reviendra 25 ans plus tard, sous la forme d’un cri de révolte et d’horreur, dans son admirable Monologue pour un Disparu.

J’ai connu Claude Aveline en 1977, quand je me suis marié avec France Grésy-Aveline, sa petite-fille. Comme je m’intéressais aux livres de bibliophilie, il m’a demandé fin 1988 de racheter à l’éditeur suisse les derniers exemplaires du livre publié en 1965, avec les poèmes de Claude Aveline illustrés par des lithographies d’Ossip Zadkine. En 1990-1992, j’ai confié petit à petit sept exemplaires de ce livre à l’artiste relieur Daniel Knoderer, ainsi que d’autres livres d’artistes de notre collection. Toutes ces reliures seront exposées dans la Rétrospective que la Bibliothèque historique de la Ville de Paris consacrera à Knoderer en 1993.

Tom Laurent : Vous êtes, au-delà de ce rôle de collectionneur, galeriste à Paris, représentant un certain nombre d’artistes, dont quelques-uns ont participé à la création du corpus présenté au Musée de l’IMA. Pour vous, comment s’articulent ces deux activités, collectionner et vendre des œuvres d’art ?

Claude Lemand : Le galeriste parisien et grand collectionneur Heinz Berggruen disait "Je suis mon meilleur client". Depuis 1988 et au fil des années, j’ai pris l’habitude d’acquérir des œuvres de presque toutes les expositions des artistes de la galerie, mais aussi d’organiser régulièrement des expositions thématiques internationales (Maîtres du tondo, Livres d’artiste, Portrait de l’Oiseau, …), en invitant ces artistes et d’autres grands noms de l’art parisien contemporain à montrer leurs œuvres (peintures, sculptures, dessins, livres d’artiste, estampes) et surtout à en créer de nouvelles.

C’est une immense satisfaction pour moi de voir arriver une œuvre réussie ou exceptionnelle que j’ai réussi à susciter ; c’est la preuve que mon intuition était juste quand j’ai pensé que tel thème correspondait bien à tel artiste. On parle beaucoup des nouveaux galeristes-producteurs, alors que cela fait plus de 30 ans que je produis les éditions de tous mes artistes, sans le claironner sur les toits et sans jamais demander la moindre subvention. La pratique du galeriste-collectionneur n’engendre pas de richesse financière, mais un grand bonheur de vivre au milieu d’une variété d’œuvres d’art que l’on aime.

Tom Laurent : À propos des artistes que vous avez fait travailler sur le poème, on remarque la dimension internationale de vos choix. Sur quels critères avez-vous opéré votre sélection ? S’agissait-il, par rapport aux origines très diverses des plasticiens choisis, de « vérifier » le caractère universel du texte de Claude Aveline ?

Claude Lemand : Ma passion pour la peinture, la sculpture et les livres de peintres m’avait poussé en juin 1988 à mettre un terme à ma carrière de professeur d’université exerçant à l’étranger, pour créer une galerie et constituer une collection, avec un esprit d’ouverture sur des artistes venus d’horizons géographiques, culturels et esthétiques différents, et qui ont fait de Paris, à titre temporaire ou permanent, leur capitale de vie, de création et de rayonnement international.

L’idée de faire travailler sur ce poème les artistes de deux nouvelles générations a germé en 1995. J’ai voulu prendre le relais de l’initiative de Claude Aveline, j’ai organisé deux expositions collectives dans ma galerie, en 1996 et en 2005, et j’ai fait traduire le poème dans quatre autres langues. La moitié des artistes appartiennent à ma galerie et les autres ont été séduits par mon projet.

Contrairement à Claude Aveline, je n’ai pas cherché à avoir une seule oeuvre de 100 ou 200 artistes, mais une multitude d’oeuvres d’une vingtaine d’artistes, même si certains n’en feront qu’une ou deux seulement. Je ne leur ai imposé aucune contrainte, mais au contraire je les ai incités, si le poème les inspirait, à créer plusieurs Portraits de l’Oiseau avec les formats, les médiums et les supports de leur choix : peintures sur toile et sur papier, dessins, sculptures et objets, estampes et livres d’artiste à un ou plusieurs exemplaires. Le Musée d’Issoudun a appelé "troisième volière" cette collection d’oeuvres achetées aux artistes de 1990 à 2014, et que nous continuons à enrichir au fil des années.

Des conservateurs de musées et directeurs de centres d’art se sont intéressés à notre collection ont beaucoup apprécié son caractère international et les supports multiples des œuvres. L’ensemble est riche et harmonieux.

Les visiteurs sont invités à la découverte, à la réflexion, à la jouissance et à laisser libre cours à leur propre créativité, pour continuer la saga lancée en 1950 par Claude Aveline.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com