MURUA , PEINTURES RECENTES EN TONDO.

Du 15 juillet au 29 août 2015 - Galerie Claude Lemand

  • Murua, Les Moteurs universels

    Les Moteurs universels, 2006. Huile sur toile, diamètre 127 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Murua, Huatla

    Huatla, 2007. Huile sur toile, diamètre 122 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Murua, Raymond Queneau

    Raymond Queneau, 2015. Acrylique sur toile, diamètre 140 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Murua, Robert Desnos

    Robert Desnos, 2015. Acrylique sur toile, diamètre 144 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Murua, Louise Labé

    Louise Labé, 2015. Acrylique sur toile, diamètre 200 cm. © Mario Murua. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

MURUA, SAISIR CE QUI VIENT DE TRES LOIN. TONDOS RECENTS.

Nourrie de magie surréaliste et de visions sensationnistes, l’oeuvre de MURUA s’épanouit sur la scène française des années 80’. Son voyage en Amazonie est une source d’inspiration dans ses grandes peintures où la forêt est présente dans toute la splendeur de sa puissance. Soucieux d’écologie, il peint une immense toile pour rendre hommage à Chico Mendes, militant écologiste assassiné. Son univers baigne dans une atmosphère mystique, il est peuplé de créatures fantastiques et de symboles tirés des cultures anciennes sud-américaines, un monde qui rêve d’une humanité primaire, d’une beauté intacte, magique.

Dans mes tondos, j’essaye de saisir ce qui vient de très loin et qui se rapproche de façon imprévue.

Dans Bar Liberty à Valparaiso, un paroissien tente de deviner sa chance dans le fond d’un verre.
Dans La dame protectrice des cactus, les curieux veulent leur portrait.
Dans Les totems volants, on essaye de guider les vols.
Dans L’oiseau voyageur, la simultanéité possède cette vitesse qu’a la jungle.
Dans Les Montagnes rouges, la vie surgit de son enveloppe.
Dans le tondo de Ara, le paysage pend à un cheveu.
Dans La Croix du Sud, l’étoile brille pour nous.
Dans Le Moteurs éternel, il chante sa mélodie batracienne.
Dans Huatla, tout est de la couleur des enfants saints.
Dans Tondo des oiseaux, c’est le nid qui fait la transparence.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com