News

20 mai 2011

Eblouissante rétrospective de Shafic Abboud à l’IMA.

Éblouissante rétrospective de Shafic Abboud, un conteur en peinture.
Carole Dagher, L’Orient LeJour, le 05/04/2011

Événement
Une file interminable s’aligne devant l’entrée de l’IMA, comme jamais, en 23 ans d’existence, l’institut n’en a vu pour l’art moderne. Claude Lemand, commissaire de l’exposition, a lancé l’invitation à grande échelle pour honorer Shafic Abboud, l’une des figures majeures de l’art contemporain libanais.

Pour cette occasion, Claude Lemand a rassemblé des œuvres de collections privées en provenance de pays divers, arabes et européens, ainsi qu’un choix d’œuvres de l’atelier de l’artiste, de toutes ses périodes (1948-2003). « Je suis heureux et fier d’avoir pu tenir la double promesse que je lui avais faite quelques semaines avant sa mort : publier sa première monographie (en 2006) et organiser sa première rétrospective », dit Lemand.

L’expo est répartie sur deux étages, avec 190 peintures de différents formats qui captent le regard dans un éblouissement de couleurs et de lumière. Une véritable jubilation anime les toiles de Shafic Abboud ; elle traduit son amour de la peinture, « cette infinie jouissance à l’idée de peindre », comme il disait. « Je vais à mon atelier avec un grand désir. J’entre et regarde avec la délectation de l’amoureux ainsi que les frayeurs », écrit-il dans ses cahiers (1982-85). Cette infinie jouissance s’étale sur ses toiles, se partage, éclabousse les murs de la galerie dans un grand éclat de rire, que les tableaux soient grands, traduisant « la gesticulation, la danse, la participation du corps du peintre tout entier », ou petits, comme ces temperas sur bois ou sur carton qui racontent les inspirations du peintre, ses rêveries d’enfance ou sa nostalgie du Liban (Snaniyé, 1982).

Dans le catalogue accompagnant la rétrospective, Christine Abboud, la fille du peintre, retrace la riche biographie de son père que l’on voit, cigarette à la main, dans son atelier de Montsouris ou de Mhaidsé, en interrogation constante face à la toile encore nue ou inachevée, entre ses tubes de peinture et les boîtes à images de son enfance peuplant sa mémoire d’artiste. Ne disait-il pas lui-même (Carnets) : « La couleur, je n’y échapperai pas, c’est une fatalité, c’est ma nature ; mes yeux ont dû être à jamais éblouis. » Et d’ajouter : « Le choc de deux couleurs provoque la lumière. (C’est ce qui me) fait peindre. » Et Abboud ne s’arrête « que lorsque la couleur et la lumière coïncident »... jusqu’à son retour à la terre des origines, pour y être enterré selon son souhait, en avril 2004.

Né à Mhaïdsé en 1926, imprégné dans son enfance par les récits de sa grand-mère, la conteuse du village, par les coutumes et la culture populaire du Mont-Liban, il va emporter avec lui, à Paris, les couleurs, les odeurs et la sensibilité de sa montagne. Son atelier de Montsouris est le laboratoire où se développe sa nouvelle inspiration parisienne. Il pose sur ses toiles des touches de lumière captées de son Mont-Liban natal, y accrochant les variations du jour et des saisons, telles qu’elles se reflétaient entre les feuillages des arbres, par la fenêtre de son atelier de Mhaidsé. Il y traduit aussi l’intimité d’une chambre, ou encore les tissus chatoyants de Simone, une amie disparue. Il tente de capter la nuit ou de réveiller, dans un grand coup de pinceau doré, le souvenir des cafés de Beyrouth engloutis par la mer. En 1953, à Paris, Shafic Abboud est le premier artiste arabe à réaliser des livres de peintre, en eaux-fortes pour Le Bouna et en sérigraphies pour La Souris. Il est aussi le premier et seul artiste arabe à participer, en 1959, à la Première Biennale de Paris.

De la peinture figurative d’inspiration libanaise à la peinture abstraite liée à ses fréquentations parisiennes, il aura fallu cinq ans (1948-53). Puis de nombreuses années pour parvenir à une œuvre plus personnelle, mélange d’influences que Claude Lemand qualifie de « transfigurative », « à la fois ancienne et moderne, païenne et sacrée. » Harmonie de couleurs et déconstruction. Abboud dit avoir beaucoup appris de Roger Bissière et de Bonnard. En 1979, dans un entretien sur France Culture, il se confiait : « Je me vois retourner petit à petit à ce que je faisais spontanément, sans aucune science. Peut-être qu’au cours des années, on retrouve l’enfance de plus en plus. On retourne à une expression plus spontanée, plus directe, tout en cachant une science certaine. Avant, elle était inconsciente. Actuellement, j’ai conscience, j’ai envie de devenir conteur. Un conteur avec le langage de la peinture. »

22 octobre 2018

UNE PASSION A PARTAGER. La DONATION CLAUDE & FRANCE LEMAND de 1300 oeuvres au MUSEE de l’Institut du monde arabe.

29 août 2018

NUIT BLANCHE 2018 - YOUSSEF ABDELKE - UNE DONATION CONTRE LA MORT EN SYRIE. - Institut du monde arabe, Musée. - 6 OCTOBRE 2018.

25 mai 2018

ETEL ADNAN - Exposition du 15 Juin au 7 Octobre 2018 - ZENTRUM PAUL KLEE, Berne, Suisse.

16 mai 2018

ABDALLAH BENANTEUR, LE CHANT DE LA TERRE. Rétrospective-Hommage. Exposition du 9 juin au 9 septembre 2018.

1er mars 2018

AZZAWI, SABRA ET SHATILA. Exposition du 11 avril au 16 septembre 2018. - Musée. Institut du Monde arabe.

4 février 2018

PICASSO, GUERNICA. - Musée national Picasso-Paris.

22 janvier 2018

PORTRAIT DE L’OISEAU-QUI-N’EXISTE-PAS. Maison des Arts, ANTONY.

14 janvier 2018

ABDALLAH BENANTEUR S’EST ETEINT LE 31 DECEMBRE 2017.

12 juin 2017

TOUR DU MONDE EN TONDO - Musée de l’Hospice Saint-Roch - Ville d’ISSOUDUN.

11 octobre 2016

ETEL ADNAN A L’INSTITUT DU MONDE ARABE. 18 Octobre 2016 - 1er Janvier 2017.

7 août 2016

DIA AL-AZZAWI TO LAUNCH RETROSPECTIVE IN DOHA.

24 février 2016

SEGUÍ, LA PEINTURE EN MIROIRS. Musée de l’Hospice Saint-Roch, ISSOUDUN. Du 27 février au 22 mai 2016.

30 septembre 2015

MAHJOUB BEN BELLA, LES BELLES FEUILLES. La Piscine, Roubaix, France. 24 OCTOBRE 2015 - 31 JANVIER 2016

24 septembre 2015

FATIMA EL-HAJJ, THE SONG OF THE EARTH.

18 septembre 2015

MANABU KOCHI . Art Paris Art Fair 2015 .

18 septembre 2015

KEVORK MOURAD . Art Paris Art Fair 2015 - Mucem 2015 .

18 septembre 2015

ABDALLAH BENANTEUR . Art Dubai Modern 2015 - Stand M7 .

27 février 2015

SHAFIC ABBOUD . The Armory Show 2015 + Art Dubai Modern 2015.

25 février 2015

L’EPOPEE D’AL-AZZAWI . New York. The Armory Show 2015.

7 novembre 2014

ETEL ADNAN, Writing Mountains. Museum der Moderne Salzburg. Retrospective, 15 Nov. 2014 - 08 March 2015.

1er septembre 2014

GERD LANGE DESIGN. In the Context of Serial production. 1962-2007.

3 juillet 2014

ISSOUDUN - Musée de l’Hospice Saint Roch - Entretien entre Claude Lemand et Tom Laurent - Art Absolument - Juillet 2014

21 mai 2014

ISSOUDUN - PORTRAIT DE L’OISEAU-QUI-N’EXISTE-PAS - Exposition du 22 mai au 31 août 2014 .

8 mai 2014

ETEL ADNAN ET LA MODERNITE ARABE .

19 mars 2014

YOUSSEF ABDELKE - 2 EXPOSITIONS A PARIS : GRAND PALAIS + GALERIE CLAUDE LEMAND

9 mars 2014

TONDO INTERNATIONAL - ART BAHRAIN - ART PARIS ART FAIR 2014

10 janvier 2014

SHAFIC ABBOUD, LE PROPHETE .

29 octobre 2013

SHAFIC ABBOUD. Texte de Claude Lemand.

29 octobre 2013

SHAFIC ABBOUD. Text by Claude Lemand.

28 octobre 2013

ABDALLAH BENANTEUR. Le Fleuve et le Volcan. Texte de Claude Lemand.

16 octobre 2013

BENANTEUR, Peintures. LA GAZETTE DROUOT. Expositions par Lydia Harambourg.

5 mars 2013

Grand Palais - Art Paris Art Fair - C21 Galerie Claude Lemand - 27 mars - 1er avril 2013. Dia Al-Azzawi, Bilad al-Sawad & other works, 1978-2011.

15 novembre 2012

Claude Lemand. Une passion à partager.

20 mai 2011

Eblouissante rétrospective de Shafic Abboud à l’IMA.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com