Portraits de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas - HUSSEIN TAÏ.

Du 12 au 14 mai - Musée. Institut du monde arabe.

  • Hussein TAÏ, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2013. Valise-livre unique, avec des traces du poème manuscrit en Français et en Anglais. Rouleau peint, 175 x 60 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Hussein Taï et Succession Claude Aveline.

  • Hussein TAÏ, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas 2.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2013. Livre unique relié en accordéon. Poème imprimé en anglais, accompagné de 14 œuvres sur papier, 45 x 35 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Hussein Taï et Succession Claude Aveline.

  • Hussein TAÏ, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas 3.

    Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas, 2013. Livre unique relié. Poème imprimé en Français, accompagné de 10 œuvres sur papier, 15 x 45 cm. Collection Claude et France Lemand. © Hussein Taï et Succession Claude Aveline.

PORTRAIT DE L’OISEAU-QUI-N’EXISTE-PAS - HUSSEIN TAÏ.

Né en 1966 en Iraq. Etudes et diplôme à la Faculté des Arts de Bagdad (1985-1992). Il s’établit au Danemark en 2001. Peintre, gra­veur et remar­qua­ble artiste du livre.

« Sur le plan de la forme et de la repré­sen­ta­tion, ce Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas m’a libéré de l’image habi­tuelle de l’oiseau. Je me suis retrouvé face à moi-même. Je me suis posé plein de ques­tions. Des images et des récits des civi­li­sa­tions méso­po­ta­mien­nes sont remon­tés à ma cons­cience ; mon ima­gi­naire per­son­nel a été activé lui aussi.

Cet oiseau repré­sente des humains paci­fis­tes, tris­tes, vivant en marge de leur société. C’est un oiseau migra­teur qui sou­haite voler haut et loin pour s’établir dans un autre lieu que son pays d’ori­gine. Mes com­po­si­tions sont une syn­thèse d’images subli­mi­na­les, de col­la­ges, de des­sins et de pein­ture. Mon livre d’artiste est comme le jour­nal de mes rela­tions avec cet Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

Mon oiseau-valise est le por­trait de l’oiseau-émigré qui met dans sa valise ce qu’il a de plus pré­cieux ; ce n’est pas une cage dans laquelle l’homme-oiseau est privé de liberté, mais la valise est le sym­bole du voyage, de la migra­tion, de la liberté, d’un monde meilleur. »
(Hussein Taï, Copenhague, mars 2014. Traduit de l’arabe par Claude Lemand).

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com