FATIMA EL-HAJJ . JARDINS .

Du 31 août au 26 septembre 2015 - Galerie Claude Lemand

  • El-Hajj, Le Musicien et le Chat

    Le Musicien et le Chat, 2013. Acrylique et huile sur toile, 75 x 90 cm. Collection privée. © Fatima El-Hajj. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • El-Hajj, AMBIANCE AUTOMNALE

    Ambiance automnale, 2013. Acrylique et huile sur toile, 100 x 120 cm. Collection privée. © Fatima El-Hajj. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Fatima El-Hajj, Composition. Diptyque.

    Composition, 2013, diptyque. Acrylique et huile sur toile, 180 x 160 cm. © Fatima El-Hajj. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Fatima El-Hajj, Composition blanche.

    Composition blanche, 2013. Acrylique et huile sur toile, 114 x 146 cm. © Fatima El-Hajj. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

FATIMA EL-HAJJ . MES JARDINS .

Claude lemand.
Les pay­sa­ges de Fatima El-Hajj sont ins­pi­rés des parcs et jar­dins des villes qu’elle a obser­vés et aimés au cours de ses voya­ges au Liban, au Yemen, au Maroc, en France. Sa palette et sa mémoire ont gardé vives les formes, les cou­leurs et la lumière de ces lieux et de leurs habi­tants. Ses pein­tu­res sont sur­tout le reflet du jardin qu’elle a elle-même amé­nagé devant son ate­lier de Rmaileh, à la manière de Claude Monet qui a créé son jardin de Giverny et qui fut le seul sujet de ses pein­tu­res au cours des 30 der­niè­res années de sa vie. Le jardin de Fatima El-Hajj est beau­coup plus modeste et dif­fé­rent par nature de celui du maître impres­sion­niste, car ce qu’elle peint inlas­sa­ble­ment, ce sont les facet­tes infi­nies de son jardin inté­rieur, peuplé de silence et de beauté, d’une femme absor­bée par la lec­ture ou la contem­pla­tion, d’un couple que la musi­que enchante, de petits grou­pes par­ti­ci­pant à une fête cham­pê­tre et cita­dine. Elle aime à dire que ses pein­tu­res sont une invi­ta­tion à aller à la décou­verte de notre propre jardin inté­rieur, ce para­dis qui est en nous et qui peut nous appor­ter la séré­nité, la beauté et l’enchan­te­ment. Fatima El-Hajj ne cache pas son admi­ra­tion pour Matisse, Bonnard et Vuillard, sans oublier le pein­tre liba­nais et pari­sien Shafic Abboud, qui fut son pro­fes­seur admiré et aimé. Elle appar­tient à cette famille de pein­ture et elle est reconnais­sante envers ces grands maî­tres de l’avoir aidée à trou­ver sa propre voie.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com