Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas. - FRANCK CHARLET.

Du 8 au 10 mai - Musée. Institut du monde arabe.

  • Franck CHARLET, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. Livre unique, 26 pages, poème manuscrit en français et dessins au feutre noir composés en double page, 32 x 24 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

  • Franck CHARLET, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. L'un des 18 dessins au feutre noir sur papier, 40 x 30 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

  • Franck CHARLET, Dessin, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. L'un des 18 dessins au feutre noir sur papier, 40 x 30 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

  • Franck CHARLET, Livre. Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. Livre unique, 24 feuilles reliées en accordéon, poème manuscrit en français et dessins au feutre noir composés en double page, 25 x 17 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

  • Franck CHARLET, Dessin, Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas.

    Portrait de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas, 2006. Un ensemble de 9 des 18 dessins au feutre noir sur papier, 40 x 30 cm. Donation Claude & France Lemand 2018. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Franck Charlet et Succession Claude Aveline.

PORTRAITS DE L’OISEAU-QUI-N’EXISTE-PAS - FRANCK CHARLET.
Claude Lemand.

Peintre et écrivain, né en 1965, il entre aux Beaux-arts de Paris en 1987 et devient paral­lè­le­ment pro­fes­seur cer­ti­fié en arts appli­qués. Depuis, il mène une double acti­vité de pein­ture et d’écriture. Dans ses pein­tu­res, ses des­sins et ses estam­pes, Franck Charlet uti­lise le style expres­sion­niste sans s’y com­plaire, « sans vir­tuo­sité et sans manié­risme, pour me retrou­ver nu et libre face au sup­port blanc et dire mon monde. Ce n’est pas de l’expres­sion­nisme de pre­mier degré ».

Les nom­breux Portraits de l’Oiseau-Qui-N’Existe-Pas des­si­nés par Franck Charlet en 2006 sont des humains-oiseaux, hommes ou femmes, avec l’un des attri­buts des oiseaux (bec, ailes, pattes, plumes) mais ils sont défor­més, hyper­tro­phiés, par­fois mas­qués, des­si­nés au feutre noir dans un style expres­sion­niste sai­sis­sant, rare dans la tra­di­tion fran­çaise. Ses oiseaux de 2006 étaient du dessin pur, mar­qués par le trait de Picasso et de Matisse. Depuis, Franck Charlet a beau­coup peint et ses oiseaux de 2014 sont deve­nus des des­sins-pein­tu­res.

Les oiseaux-humains de sa vision cau­che­mar­des­que ont aussi un côté dro­la­ti­que, gro­tes­que et humo­ris­ti­que. Ce sont des mar­gi­naux reje­tés par la société, des pen­seurs pri­son­niers de leur soli­tude, des corps défor­més et mons­trueux, tris­tes et sans joie, sans rela­tions de couple ou de groupe, avec des fan­tas­mes de puis­sance et d’érotisme ; des clo­chards, des jeunes des ban­lieues vivo­tant au pied des HLM, des sans-papiers, des homo­sexuels, « des humains que l’on traite moins que des bêtes », des jeunes qui cher­chent le para­dis dans les réseaux sociaux, les para­dis arti­fi­ciels ou le vir­tuel, pour s’inven­ter un autre monde.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com