NADIA SAIKALI. Espaces intemporels, Expressions abstraites.

Du 10 janvier au 19 février 2016 - Galerie Claude Lemand

  • Saikali, Paix en Syrie.

    Paix en Syrie, 2015. Huile sur toile, 100 x 100 cm. Donation Claude & France Lemand. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Nadia Saikali. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Saikali, Ferveur.

    Ferveur, 2005. Huile sur toile, 130 x 195 cm. © Nadia Saikali. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Saikali, Noir silence.

    Noir silence, 2010. Huile sur toile, 100 x 100 cm. Collection privée. © Nadia Saikali. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Saikali, Envol.

    Envol, 2002. Huile sur toile, 100 x 100 cm. © Nadia Saikali. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Saikali, Paix en Terre Sainte.

    Paix en Terre Sainte, 2016. Huile sur toile, 100 x 100 cm. Collection privée. © Nadia Saikali. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

NADIA SAIKALI, ESPACES INTEMPORELS, EXPRESSIONS ABSTRAITES.

Gérard Xuriguera, Nadia Saikali.

Nourri de rémi­nis­cen­ces scel­lées au Moyen-Orient, éxalté par la lumière médi­ter­ra­néenne et tem­péré par la mesure fran­çaise, se des­sine un art d’essence euro­péenne, malgré d’iné­vi­ta­bles conno­ta­tions. Un art infi­ni­ment nuancé, com­posé de trames par­che­mi­nées et de res­pi­ra­tions feu­trées, de bif­fu­res et de frot­tis estom­pés, de césu­res et d’ouver­tu­res rétré­cies, sta­bi­li­sés par des ver­ti­ca­les inner­vées dans la flui­dité des tex­tu­res ou, comme plus récem­ment, conçu de plans étagés inter­dé­pen­dants, sur les­quels se gref­fent des méta-signes et des idéo­gram­mes hachés de réser­ves, monde fluide et com­pact, tantôt sévère et ombra­geux, tantôt vive­ment coloré, tou­jours har­mo­nieux.

Si l’appel à l’errance du geste, à l’intui­tion, sont ici reven­di­qués, par oppo­si­tion à la cons­truc­tion érigée en dogme, ils s’accom­pa­gnent cepen­dant d’un contrôle vigi­lant de la pensée, exer­cice spi­ri­tuel qui asso­cie lyrisme et archi­tec­tu­ral, dans une syn­thèse limi­tant les jeux du hasard et gom­mant les nos­tal­gies inop­por­tu­nes.

Ainsi la mise en équation pein­ture-mémoire, autre­ment dit le rap­port au vécu, sus­cite chez Nadia Saïkali l’émergence d’une réa­lité humaine qui surgit d’un aban­don réflé­chi où le tres­sage modulé des com­pé­né­tra­tions chro­ma­ti­ques et gra­phi­ques véhi­cule une séman­ti­que issue des pro­fon­deurs de la cons­cience.

Mais au-delà des mots, ce qui reste de cette appro­che, c’est le plai­sir évident de pein­dre, de sug­gé­rer des émotions et des sen­ti­ments par des signes imper­cep­ti­bles, au fil des­quels se pro­fi­lent des raci­nes, une his­toire, une expé­rience par­ve­nue à matu­rité, dont on sai­sira le sens plé­nier en sachant faire le silence en soi.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com