Mon Hommage à NOTRE-DAME - Une peinture de Khaled TAKRETI.

Du 10 au 13 avril - Musée. Institut du monde arabe.

  • TAKRETI, Notre-Dame.

    Notre-Dame, 2019. Diptyque. Acrylique sur toile, 130 x 194 cm. © Khaled Takreti. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

KHALED TAKRETI,
Hommage à Notre-Dame.

www.ima­rabe.org

Les dona­teurs Claude et France Lemand, bou­le­ver­sés par l’incen­die qui a ravagé, le 15 avril 2019, l’emblé­ma­ti­que cathé­drale Notre-Dame de Paris, ont demandé à des artis­tes du monde arabe et des dia­spo­ras, tou­chés eux aussi par ce drame, d’appor­ter leur témoi­gnage.

Khaled TAKRETI (Syrie, 1964-France) :

" C’est pen­dant mes études au Moyen-Orient que j’ai décou­vert la cathé­drale Notre-Dame de Paris, à tra­vers les textes de Victor Hugo. Grâce à lui, j’ai beau­coup aimé ce monu­ment. Vingt ans plus tard, je me suis ins­tallé à Paris et cette église est deve­nue mon monu­ment pré­féré.
Après cette catas­tro­phe, je me suis replongé dans le roman Notre-Dame de Paris et m’en suis ins­piré pour ache­ver mon hom­mage à cet édifice. L’extrait sui­vant m’a permis de visua­li­ser la scène " (Khaled Takreti) :

« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extra­or­di­naire. Sur le sommet de la gale­rie la plus élevée, plus haut que la rosace cen­trale, il y avait une grande flamme qui mon­tait entre les deux clo­chers avec des tour­billons d’étincelles, une grande flamme désor­don­née et furieuse, dont le vent empor­tait par moments un lam­beau dans la fumée. Au-des­sous de cette flamme, au-des­sous de la sombre balus­trade à trè­fles de braise, deux gout­tiè­res en gueu­les de mons­tres vomis­saient sans relâ­che cette pluie ardente qui déta­chait son ruis­sel­le­ment argenté sur les ténè­bres de la façade infé­rieure. » (Victor Hugo)

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com