JACK LANG - NOUS N’OUBLIERONS JAMAIS !

Du 4 au 11 août - Institut du monde arabe

  • Cèdre du Liban, Barouk.

    Cèdre du Liban, Barouk, 2005.

NOUS N’OUBLIERONS JAMAIS !

Il y a un an, jour pour jour, à 18:08 pré­ci­sé­ment, Beyrouth, la perle du Moyen-Orient, était à feu et à sang. Une mons­trueuse défla­gra­tion éventrait la ville et tuait de trop nom­breux inno­cents.
Nous n’oublie­rons jamais !

Un parfum d’apo­ca­lypse et d’hor­reur régnait sur la si lumi­neuse capi­tale liba­naise. Son patri­moine his­to­ri­que détruit, sa culture et son iden­tité tou­chées au cœur. On ne comp­tait plus les déshé­ri­tés chas­sés de chez eux, livrés à eux-mêmes, hagards et errants dans des rues aux cra­tè­res géants cons­tel­lés d’incal­cu­la­bles débris de verre. Beyrouth dévas­tée nous offrait un visage ter­ri­fiant et cré­pus­cu­laire. Un sen­ti­ment d’hor­reur s’empa­rait du monde. La déses­pé­rance et le cal­vaire de nos amis liba­nais étaient aussi notre souf­france.
Nous n’oublie­rons jamais !

Nous étions col­lec­ti­ve­ment cons­ter­nés par ces insou­te­na­bles images de déso­la­tion. Choqués et sans voix ; com­ment croire à ce chaos et sur­tout com­ment faire face à un cata­clysme d’une telle ampleur ?
Nous n’oublie­rons jamais !

Après la stu­pé­fac­tion, l’incom­pré­hen­sion et l’indi­gna­tion, il nous fal­lait réagir. L’Institut du monde arabe ne pou­vait rester immo­bile et a rapi­de­ment décidé de mobi­li­ser ses forces pour sou­te­nir Beyrouth, le Liban et son peuple meur­tri. En orga­ni­sant en sep­tem­bre 2020 « 24 heures pour le Liban », l’Institut du monde arabe a ouvert la voie en inter­pel­lant l’opi­nion publi­que fran­çaise. Nous vou­lions mon­trer que ce pays frère n’était pas seul, que nous l’aimions et qu’il pou­vait comp­ter sur nous.
Nous n’oublie­rons jamais !

Cette mobi­li­sa­tion n’a jamais cessé depuis. En encou­ra­geant de nom­breu­ses ini­tia­ti­ves publi­ques et pri­vées et, en mon­trant l’excel­lence de la culture liba­naise, de ses artis­tes, de sa société civile, l’Institut du monde arabe se vou­lant telle une vigie bien­veillante. Solidaires nous étions, soli­dai­res nous res­te­rons.
Nous n’oublie­rons jamais !

Entre nos murs résonne tous les jours, dans l’expo­si­tion Divas, la puis­sante voix de Fayrouz qui émerveille le public en chan­tant Li Beirut. Demain encore et dès la ren­trée pro­chaine, nous pré­sen­te­rons à Paris une grande expo­si­tion « Lumières du Liban ». Cette rétros­pec­tive, de plus de 200 œuvres, sou­li­gnera la vita­lité créa­tive du Levant. Malgré les sou­bre­sauts et les mena­ces mul­ti­ples, le Liban reste debout. Cette mani­fes­ta­tion unique mon­trera sur­tout que le pays du cèdre résiste, ne flé­chit pas et que sa culture et ses artis­tes seront à jamais ce bas­tion éclairant et indé­bou­lon­na­ble. De l’art jaillira une lumière.
Nous n’oublie­rons jamais !

Jack LANG

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com