DIA AL-AZZAWI, SCULPTURES.

Du 2 juin au 30 août - Espace Claude Lemand

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, Desert Flower Monument.

    Desert Flower Monument, 2010. Bronze original, 250 x 145 x 75 cm. Signé et numéroté. Edition de 6. Accompagné d'un Certificat d'Authenticité. Claude Lemand Editeur d'Art. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, From Mesopotamia.

    From Mesopotamia, 1979. Bronze original, 62 x 52 x 16 cm. Edition de 8. Claude Lemand Editeur d'Art. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, Arabic Letter.

    Arabic Letter, 1984. Bronze original, 30 x 32 x 9 cm. Claude Lemand Editeur d'Art. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, My Ancestors Signature.

    My Ancestors Signature, 2014. Bronze original, signé et numéroté. H. 195 cm. Edition de 4 + 2 EA. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, The Target.

    The Target, 2010. Bronze original, numéroté et signé, 48 x 68 x 13 cm. Edition de 7 + 2 EA. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, El Suspiro del Moro

    El Suspiro del Moro, 2014. Bronze original, signé et numéroté, 48 x 86 x 18 cm. Edition de 7 + 2 EA. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, Hanging Garden of Babylon.

    Hanging Garden of Babylon, 2004. Bronze original, 400 x245 x 80 cm. Signé et numéroté. Edition de 3. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dia Al-Azzawi, Sculpture, Desert Rose n° 4.

    Desert Rose n° 4, 2011. Bronze original, 95 x 86 x 54 cm. Signé et numéroté. Edition de 3. © Dia Al-Azzawi. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

DIA AL-AZZAWI, SCULPTURES.

" Irakien de Londres, Dia al-Azzawi, pion­nier de l’art arabe contem­po­rain, pour­rait bien être le Picasso qui man­quait à l’Orient. Et pas seu­le­ment pour son vibrant polyp­ty­que en noir et blanc sur le mas­sa­cre de Sabra et Chatila. (…)

Ayant long­temps tra­vaillé au ser­vice des anti­qui­tés dans son pays d’ori­gine, il s’appuie sur la mémoire et sur le sol pour défier le temps et les hommes. Mêlant les formes élancées sumé­rien­nes, baby­lo­nien­nes et assy­rien­nes aux sédi­men­ta­tions natu­rel­les des roses des sables, emprun­tant ses vives cou­leurs aux kilims des femmes du sud de l’Irak et ses décons­truc­tions sur­réa­li­san­tes à la sta­tuaire anglaise moderne, sa sculp­ture rituelle et immé­mo­riale – devant laquelle il faut lever les yeux, comme devant un texte de lois – s’offre comme une série de stèles à la fois joyeu­ses et funè­bres, qui comp­ta­bi­li­sent les morts à l’atten­tion des vivants." (Emmanuel Daydé)


« Non, il n’y a pas d’art ira­kien, syrien ou maro­cain. Pour la pre­mière fois dans l’his­toire de l’art arabe, l’artiste sent qu’il fait partie du monde. La civi­li­sa­tion est un projet de l’Humanité. Alors j’essaie de réa­li­ser des œuvres qui s’ins­cri­vent dans la culture de l’huma­nité toute entière. » (Dia Al-Azzawi)

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com