DAHMANE, PHOTOMONTAGES, 2003-2016.

Du 18 mai au 22 juillet 2016 - Galerie Claude Lemand

  • Dahmane, Lorna, Tour Eiffel.

    Lorna, Tour Eiffel, 2008. Photomontage original, tiré sur papier baryté, 90 x 57 cm. Signé et numéroté par l'artiste. Edition de 7. © Dahmane. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dahmane, Circé, Chassériau.

    Circé, Théodore Chassériau, 2015. Photomontage original, tiré sur papier baryté, 80 x 120 cm. Signé et numéroté par l’artiste. Edition de 7. © Dahmane. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Dahmane, Yasmine, Eugène Fromentin.

    Yasmine, Eugène Fromentin, 2016. Photomontage original, tiré sur papier baryté, 68 x 90 cm. Signé et numéroté par l'artiste. Edition de 7. © Dahmane. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

DAHMANE, PHOTOMONTAGES, 2003-2016.

Jean-Louis Poitevin.

La tech­no­lo­gie numé­ri­que du XXIème siècle va per­met­tre à Dahmane de jouer sur d’autres tableaux, tout en confé­rant à son amour inconsi­déré pour la per­fec­tion du détail une nou­velle force. Les heures pas­sées à accor­der corps et décors lui per­met­tent de se confron­ter plus avant à sa seconde pas­sion, celle qui a trait à la com­po­si­tion. Chacune de ses pho­to­gra­phies est réel­le­ment et abso­lu­ment com­po­sée. Ce que cela signi­fie ? Que le jeu qu’il pra­ti­que, la pro­vo­ca­tion amou­reuse qu’il réa­lise, le choc entre attente et désir qu’il déclen­che sont portés par un goût absolu pour la rigueur de l’équilibre, celui qui depuis les ori­gi­nes obsède les pein­tres. Photographier, pour lui, c’est donc être fidèle à la grande culture clas­si­que que ses parents lui ont trans­mise et qu’il révère.

Il était iné­vi­ta­ble qu’il désire, par res­pect et par jeu, se confron­ter à l’œuvre de grands maî­tres en y inté­grant ses pro­pres per­son­na­ges. Dans ses tra­vaux les plus récents, repri­ses de tableaux de maî­tres, il ne plagie pas, il révèle la part de rêve inac­com­pli de ces œuvres magis­tra­les. Le corps fémi­nin y était déjà sou­vent célé­bré ; en y intro­dui­sant des jeunes femmes d’aujourd’hui, il rend le pas­sage du temps caduc et nous ouvre une porte sur un pré­sent éternel. Chacun de ces tableaux était un hom­mage à la beauté. Chaque œuvre de Dahmane est à la fois hom­mage à l’art, à son his­toire et célé­bra­tion d’une noce nou­velle, celle qui nous illu­mine chaque fois que se rejoi­gnent en nous les fils du temps et une tor­sade aux lignes épurées, statue abso­lue où sont tissés ensem­ble nos visions et nos rêves.

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com