ANGOULEME - MAHJOUB BEN BELLA - La Musique des Signes.

Du 20 août au 14 octobre - ANGOULEME - Cité internationale de la BD et de l'Image.

  • Ben Bella, Thaï II.

    Thaï II, 2003. Technique mixte sur papier thaï, 79 x 55 cm. Don de l'artiste. Musée, Institut du monde arabe, Paris. Fonds Claude & France Lemand-IMA 2019. © Mahjoub Ben Bella. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

  • Ben Bella, Maya.

    Maya, 2009. Technique mixte sur papier Népal, 88 x 68 cm. Don de l'artiste. Musée de l'Institut du monde arabe, Paris. Fonds Claude & France Lemand-IMA 2019. © Mahjoub Ben Bella. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

Mahjoub BEN BELLA. La Musique des signes. Peintures sur papier.
___

A l’occa­sion du fes­ti­val du Film Francophone d’Angoulême, l’Algérie étant le pays à l’hon­neur au mois d’août 2021, l’Institut du monde arabe et le Fonds Claude et France Lemand se sont asso­ciés à la Cité inter­na­tio­nale de la BD et de l’Image pour témoi­gner de la fra­ter­nité et de la soli­da­rité qui ont lié les artis­tes et les intel­lec­tuels algé­riens et fran­çais durant les années les plus dif­fi­ci­les de leur his­toire com­mune, et qui se per­pé­tue de nos jours.

A tra­vers l’expo­si­tion Mahjoub Ben Bella, La Musique des signes, Jack Lang, Claude Lemand et Pierre Lungheretti ont sou­haité être parmi les pre­miè­res ins­ti­tu­tions de France à rendre hom­mage à ce grand artiste algé­rien et fran­çais, qui s’est éteint il y a juste un an, le 11 juin 2020, dans sa bonne ville de Tourcoing. Ils remer­cient du fond du cœur la famille de Mahjoub Ben Bella - Brigitte son épouse, Souhir et Nadjib ses enfants -, qui ont bien voulu nous prêter un large choix des deux séries de ses fabu­leu­ses oeu­vres sur papier Thaï et Maya.
___

Mahjoub BEN BELLA (Algérie, 1946 - France, 2020).
___

Claude Lemand
Né en 1946 à Maghnia, dans l’ouest algé­rien, Mahjoub Ben Bella effec­tue sa for­ma­tion à l’Ecole des beaux-arts d’Oran, puis celles de Tourcoing et de Paris. Il s’établit en France, dans le Nord gris et cha­leu­reux qui l’adopte et qu’il illu­mi­nera des cou­leurs et de la lumière de ses pein­tu­res et de sa Méditerranée natale.

Mahjoub Ben Bella fut un pein­tre vir­tuose aux mul­ti­ples facet­tes. Parallèlement à ses gran­des et peti­tes pein­tu­res sur toile, sur papier, sur bois ou sur pavés du Nord, il réa­lise des céra­mi­ques, des objets, des gra­vu­res, des per­for­man­ces et des fres­ques monu­men­ta­les dans des lieux publics. En 1986, il peint les célè­bres pavés du Paris-Roubaix, L’envers du Nord, fres­que rou­tière de 12 kilo­mè­tres (35 000 mètres carrés), tapis de signes, rou­leau d’écritures. Deux années plus tard, en juin 1988, il réa­lise le por­trait de Nelson Mandela pour le concert‐é­vè­ne­ment au stade de Wembley. En 2000, il inves­tit une sta­tion de métro à Tourcoing où il crée une mosaï­que géante, com­po­sée de 1800 car­reaux de céra­mi­que, …

Expositions per­son­nel­les et col­lec­ti­ves dans de nom­breux musées, cen­tres d’art et gale­ries de France, d’Europe, du Proche-Orient et une rétros­pec­tive au MAMA d’Alger. Mahjoub Ben Bella est repré­senté dans plu­sieurs musées et col­lec­tions publi­ques : The British Museum de Londres, le musée de l’Institut du monde arabe à Paris, The Royal Gallery d’Amman en Jordanie, La Piscine de Roubaix, le MUBA de Tourcoing, le LaM de Villeneuve-d’Ascq, la Mairie de Lille, la Dalloul Foundation de Beyrouth, la KA Collection du Liban, etc. Grâce à la dona­tion Claude et France Lemand, le musée de l’Institut du monde arabe est désor­mais riche de seize de ses lumi­neu­ses gran­des pein­tu­res.
___

Alain Jaubert
Avec sa cou­leur savane, ses poils sau­va­ges, le papier thaï de Mahjoub Ben Bella porte l’émotion de son arti­sa­nat d’ori­gine, il sent sa jungle, il bruisse de rumeurs asia­ti­ques, il craque, il se gon­dole, montre ses veines, sa paille et son grain ; se sou­vient du mariage entre les bouillies de car­tons et le gros­sier châs­sis qui l’a engen­dré. Il est si beau qu’il faut du cou­rage pour oser l’encol­ler, le blan­chir, le noir­cir, le mouiller de cou­leurs. « Il a déjà une âme. Il y a un homme der­rière », dit le pein­tre.
Bien sûr, Ben Bella a été fas­ciné par les cal­li­gra­phies orien­ta­les. Mais son abs­trac­tion n’est ni reli­gieuse ni poli­ti­que, ni théo­ri­que ni polé­mi­que. Il reven­di­que la non-signi­fiance. Non pas l’abs­trac­tion au sens commun, l’amé­ri­caine ou la fran­çaise, mais une nou­velle forme, écriture, danse et musi­que mêlées. Le refus de la figure non pas en vertu d’une ico­no­gra­phie reli­gieuse ou cultu­relle, mais parce qu’elle ne tra­dui­rait pas suf­fi­sam­ment le lan­gage des nerfs, la musi­que de la main.

Gouache, aqua­relle, taches, stries, bala­fres, cal­li­gra­phies ner­veu­ses à la plume de musi­cien. Opacité ou trans­pa­rence, noir ou cou­leur, page d’écriture ou feu d’arti­fice, vitrail ou mantra, damier ou buis­son brous­sailleux, lavis rêveur ou griffe touf­fue, par­fois même du vide qui sur­prend. Comme il aligne ses let­tres faus­ses et folles, le pein­tre cons­truit ses pages. Colonnes, hié­ro­gly­phes, poèmes, entre­fi­lets, ver­sets, tablet­tes, par­che­mins, enlu­mi­nu­res, let­tres ornées, entre­lacs minia­tu­res, autant de mas­sifs d’écritures et de signes. Il n’a aucun texte en tête. Comme dans un rêve, le livre se déploie, tourne ses pages en nombre infini. Au réveil, il y a quand même un tableau ! (Alain Jaubert, Ben Bella. La Musique des Signes. Catalogue de l’expo­si­tion Mahjoub Ben Bella. Les belles feuilles, La Piscine, Roubaix, 2015)
___

La Piscine, Les Belles feuilles.
Compagnon de route du musée de Roubaix, bien avant qu’il ne s’ins­talle dans la pis­cine de la rue des Champs, Mahjoub Ben Bella pré­sente cet automne son œuvre gra­phi­que. Si l’artiste est reconnu pour ses grands for­mats où se devine sa ges­tuelle obs­ti­née et dansée, La Piscine fait aujourd’hui le choix de mon­trer le tra­vail sur papier qui accom­pa­gne le pein­tre depuis ses débuts. Les signes sont tou­jours pré­sents sur ces œuvres. Mais, alors que sur la toile ils pour­raient être perçus comme un chant qui s’écoute et se regarde, ici ils se déchif­frent et ils se lisent, roman ina­chevé et tou­jours en chemin de la vie de l’artiste, de son his­toire, sa mémoire, sa culture, sa pas­sion.
Plus de cent oeu­vres seront réu­nies pour cet événement qui évoquera les dif­fé­ren­tes facet­tes de l’oeuvre sur papier de Mahjoub Ben Bella. La qua­lité même des feuilles uti­li­sées qui peu­vent ajou­ter au côté pré­cieux de ce tra­vail, l’inti­mité des car­nets de cro­quis où s’effeuille à nos yeux écarquillés toute la richesse d’une ins­pi­ra­tion déliée, le réper­toire des formes ou de l’infor­mel qui nous place tantôt devant la vir­tuo­sité d’une ges­tuelle abs­traite, tantôt devant le sou­ve­nir magi­cien d’une archi­tec­ture sacrée autant qu’ima­gi­naire, l’élégance dis­crète de l’aqua­relle, l’épaisseur mate de la goua­che et la stri­dence gra­phi­que de l’encre noire, les mises en page auto­cen­trées ou les motifs en all over … Cette expo­si­tion permet d’entrer en com­mu­nion avec la cohé­rence et la diver­sité d’une oeuvre qui s’impose aujourd’hui comme l’une des plus sin­gu­liè­res et des plus riches d’une moder­nité auto­nome.
(Mahjoub Ben Bella, Les belles feuilles. La Piscine, Roubaix. 24.10. 2015 - 31.01. 2016)
___

Jean-Louis Pinte
Ce que l’on dis­tin­gue d’abord dans sa pein­ture, c’est bien sûr le signe. Sa répé­ti­tion. Sa réso­nance comme s’il s’agis­sait d’un chant incan­ta­toire. Mais le propos de Mahjoub Ben Bella n’est pas d’illus­trer ou de suivre les traces illus­tra­ti­ves d’une quel­conque cal­li­gra­phie arabe. Non ! Il en tra­duit sim­ple­ment une musi­ca­lité qui trouve son rythme aussi bien dans le trait que dans la cou­leur. La par­ti­tion s’égrène de part en part, lan­ci­nante et vibrante de tous les sons. Bousculant le silence de la mono­chro­mie, il couvre la toile jusqu’à l’excès, la frappe du sceau de ses cro­ches, l’embel­lit de tona­li­tés chan­tan­tes. Il la trans­porte dans une abs­trac­tion syn­co­pée et linéaire. Dépassant par­fois cette simple tona­lité, il tente de nous perdre dans le bruis­se­ment même de la vie, dans des pay­sa­ges fré­mis­sants, des stri­den­ces rete­nues. Connu pour ses fres­ques rou­tiè­res dans le nord de la France, Ben Bella a recou­vert de ses signes 12 kilo­mè­tres de pavé. Dans ses toiles, il com­pose des champs sacrés dont les sillons nous entraî­nent au-delà du simple lyrisme. Il se laisse pos­sé­der par le ver­tige de l’écriture jusqu’à l’extase. Jusqu’à deve­nir le chan­tre d’un livre de priè­res à la gloire même de l’art. (Jean-Louis Pinte, Les champs sacrés de Ben Bella, Figaroscope)
___

Mustapha Laribi
Longtemps réglées par la gra­phie arabe, les créa­tions de Mahjoub Ben Bella n’en ont conservé peu à peu que le maté­riau pic­tu­ral, don­nant à voir une œuvre dense qui s’ins­crit dans un double héri­tage : celui de la cal­li­gra­phie arabe et de la pein­ture euro­péenne. Qu’il joue sur la pro­fu­sion des motifs ou sur les per­for­man­ces de sa gamme chro­ma­ti­que, l’artiste crée un cons­tant et minu­tieux dia­lo­gue du signe et de la cou­leur.(Mustapha Laribi, Algérie à l’affi­che)
___

Marie-Odile Briot
En 1986, il peint les célè­bres pavés du Paris-Roubaix, L’envers du Nord, fres­que rou­tière de 12 kilo­mè­tres (35 000 mètres carrés). Ce tapis de signes, ce rou­leau d’écritures, n’est que l’une des méta­mor­pho­ses d’un ima­gi­naire cal­li­gra­phi­que géné­ra­teur de son espace pic­tu­ral. (...) Ben Bella pro­cède à un “dérè­gle­ment sys­té­ma­ti­que” de la cal­li­gra­phie arabe pour en faire l’espace d’une pein­ture capa­ble d’inves­tir de sa minu­tie la magie des tablet­tes et des talis­mans, et de l’ampleur de sa ryth­mi­que le format gigan­tes­que des toiles. La cal­li­gra­phie déve­loppe en contre­point la répar­ti­tion des taches colo­rées et l’économie répé­ti­tive de la ligne, comme une cho­ré­gra­phie désyn­chro­ni­sée dont les écarts ouvrent des ver­ti­ges, comme une poly­pho­nie dont les dis­cor­dan­ces hal­lu­ci­nent. Ce que cette transe doit à la musi­que, ses amis com­po­si­teurs le savent. Ce que cette “véhé­mence des signes” doit à l’his­toire reste au secret de leur illi­si­bi­lité : dans tels “talis­mans” cousus, les jour­naux contem­po­rains de la guerre d’Algérie tien­nent lieu de texte sacré. (Marie-Odile Briot, Dictionnaire d’art moderne et contem­po­rain, Hazan, Paris)

Copyright © Galerie Claude Lemand 2012.

Réalisation :: www.arterrien.com